LGV-POCL : opposition de la CCPBO (Communauté de communes des Pays du Bois-d’Oingt). Nous recevons un message de François Godde, maire de Bagnols et vice-président de la CCPBO- 5 mai 2013 - Les communes ont délibéré contre ce « mauvais » projet…

 Monsieur François Godde s’est adressé à  la Coordination des associations du Beaujolais (CAB) en réaction à la Lettre d’information n° 11 que nous avons diffusée le 3 mai 2013 auprès des Maires de la région du Beaujolais des Pierres dorées.

 Lire le texte de cette lettre

 

Voici son message :

 Message du 05/05/13 12:08    De : "François Godde"

 Objet : LGV

Madame,

Je lis votre lettre d’information 11 concernant le projet LGV-POCL et après avant également lu vos déclarations dans le journal Le Progrès, je tiens à vous faire part de mon étonnement (le terme est faible) quant à votre façon de traiter les élus.

Permettez-moi de vous rappeler que les élus représentent la totalité de la population et qu’ils se doivent d’avoir une attitude et un comportement en conformité avec les possibilités que leur permet leur fonction, laissant le discours militant à d’autres organisations.

Les grandes déclarations publiques ne sont bien souvent que démagogie et les élus se doivent d’agir par les voies réglementaires et légales.

Je vous rappelle également que les Conseils, qu’ils soient Municipaux ou Communautaires sont publics et que toutes les délibérations votées sont ensuite officiellement affichées.

C’est vraiment mépriser les élus que d’affirmer qu’ils ne bougent pas (vous avez certes cité la CCPBO comme ayant délibéré) mais dans la lettre je vous cite :

Pour l'instant nous n'entendons publiquement personne…

 Et bien sachez que c’est publiquement qu’une Communauté de communes de 18 communes comptant 15.000 habitants a pris une délibération s’opposant au projet en question, sachez également que sur ma proposition le Conseil municipal de Bagnols a pris publiquement le 13 décembre 2012 une délibération s’opposant aussi à ce même projet, délibération transmise en sous-préfecture le 20 décembre. De nombreuses autres communes appartenant à la CCPBO ont pris la même délibération.

 Je ne peux pas vous laisser dire que les élus de notre canton ne sont pas concernés par ce (mauvais) projet ou alors il s’agit d’autres élus, auquel cas ayez le courage de les nommer et ne logez pas tout le monde à la même enseigne.

 Je pense que vous mettrez un point d’honneur à publier ma réponse dans votre lettre d’information et je vous en remercie.

 Je vous prie d’agréer Madame, mes courtoises salutations.

 François Godde,  Maire de Bagnols

Nos commentaires :

 M. Godde a raison de rappeler les délibérations hostiles à ce projet de LGV de la Communauté de Communes des Pays du Bois-d’Oingt et de 80 % ( ?) des communes de la CCPBO.

De nombreuses autres communes de deux autres communautés de communes situées à l’approche de Lyon ont pris elles aussi des délibérations opposées à ce projet. Nous avons mis sur notre site la liste (incomplète) de ces communes.

Mais ces délibérations, affichées dans les mairies, sont peu visibles des décideurs… et les études concernant le tracé de cette ligne POCL continuent sous la responsabilité de RFF, sans que rien ne soit changé dans les tracés prévus au travers de ce secteur viticole, très sensible au niveau des paysages et reconnu partout pour son patrimoine bâti.

Pourquoi les représentants de ces communautés de communes ne sont-ils pas présents dans les commissions et ateliers qui travaillent depuis 6 mois ? Ils n’ont sans doute pas reçu d’invitation.

Nous ne sommes donc représentés que par les membres de la Région Rhône-Alpes, du département du Rhône ou de la Chambre de commerce… qui n’ont pour l’instant posé aucune question…

La seule voix entendue en faveur du Beaujolais a été celle, bien argumentée,  du Président de la Chambre d’agriculture du Rhône.

Nous sommes inquiets de la mise en place prochaine par RFF d’un « groupe de travail » sur l’arrivée de la ligne vers Lyon. Qui va y participer ? Ne serait-il pas légitime que les principales communes traversées y soient associées ?

De même que les représentants des associations qui se sont investies dans ce dossier… Sauf, bien sûr si ne sont reconnus comme interlocuteurs valables que les partisans du projet.

Marie-France Rochard,

Porte-parole de la Coordination des associations du Beaujolais

Joomla templates by a4joomla