François Hollande : politique des transports- 16 avril 2012.

Pendant la campagne électorale, la porte-parole de la Coordination des associations du Beaujolais, Marie-France Rochard, s'est adressée aux candidats à la présidence de la République et les a interrogés sur la politique qu'ils comptaient mener sur diverses questions d'aménagement du territoire et plus particulièrement sur la ligne POCL et les vastes projets de nouvelles lignes LGV prévues dans le SNIT... Nous avons reçu une réponse de M. François Hollande.        Lire la réponse     (cliquer sur l'image pour agrandir)

Voici le contenu de notre lettre à M. François Hollande

 Coordination des Associations du Beaujolais

 ASSOCIATION «  BIEN VIVRE AU BOIS-D’OINGT ET EN PAYS BEAUJOLAIS »

 Association agréée au titre de l’environnement pour le département du Rhône

   le 16 mars 2012

 Monsieur François Hollande, Candidat Présidence de la République

 Objet ; Votre projet de politique de transports - Le projet de ligne à grande Vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon - Augmenter l’endettement ? Protéger les paysages et développer le tourisme.

 Monsieur le Député,

  Nous venons de prendre connaissance de la partie de votre programme concernant les infrastructures de transport.

  Le Débat Public sur le projet de LGV Paris-Orléans-Clermont-Lyon s’est terminé le 31 janvier 2012.

 Nous ne connaissons pas encore les résultats ni les conclusions qui vont en être tirées. On nous a dit que la décision serait politique.

 La Coordination des Associations du Beaujolais représente neuf associations d’habitants du Sud Beaujolais qui, situé à 40 km de Lyon, pourrait être traversé par cette ligne

  Nous sommes intervenus dans ce débat et avons pu  développer nos arguments dans un Cahier d’acteur que nous joignons à ce courrier.

 1-   Notre intervention auprès de vous touche d’abord à l’opportunité de ce projet.

 Ce chantier de 13 ou 14 milliards d’euros paraît tout à fait incompatible avec les difficultés économiques actuelles et les consignes données de diminuer l’endettement partout en Europe.

En tant que citoyens, nous ne souhaitons pas nous retrouver un jour dans la situation des Grecs, écrasés par les intérêts de leur dette.

Nous avons été étonnés lors de ce débat public de voir l’unanimité des responsables politiques de tous bords, pour approuver ce projet sans se préoccuper de son intérêt réel ni de son financement.

 Notre zone, de par sa situation géographique  est déjà appelée à financer et subir de nombreux autres projets ferroviaires. Ces autres projets (LGV-Rhin-Rhône ; LGV Lyon-Turin ; Contournement ferroviaire de Lyon…) ont été jugés prioritaires sur le plan européen et dans le SNIT  et indispensables pour les transports de fret. Ils peinent à trouver des financements. Faut-il vraiment lancer de trop nombreux projets et ne rien terminer ?

La décision politique de continuer les études, puis de lancer ce nouveau projet POCL doit intervenir dans les semaines et les mois qui viennent. Si vous êtes élu, c’est donc vous qui aurez à prendre cette décision.

 2-    De façon plus générale nous regrettons cette politique actuelle de multiplier les grands chantiers d’infrastructures de transport au détriment de la qualité de vie des habitants des zones traversées et avec la perte de milliers d’hectares de terres agricoles.

 Géographes et urbanistes nous disent que dans trente ans, ce sont les terres agricoles qui dans le monde deviendront rares et connaitront la spéculation.

 3-    Développer le fret ferroviaire et les TER nous paraissent des priorités évidentes que vous évoquez dans votre programme mais sans précisions. Les TER bénéficient tous les jours à toute la population. Il y a des dépenses considérables à faire pour l’entretien de leurs lignes. Les LGV ont une clientèle plus réduite et des tarifs trop élevés.

4-    Nous sommes proches de l’agglomération lyonnaise et dans une zone de circulation internationale qui subit toutes les nuisances de ces transports de marchandises. La logistique et ses hectares d’entrepôts de stockage permettent avec peu de main-d’œuvre, de stocker et transporter tous ces matériaux produits ou fabriqués ailleurs dans le monde. Rompre cette logique récente et encourager des productions plus rapprochées feraient partie d’une logique indispensable liée aux transports.

 5- La protection des paysages et le développement du tourisme. La diversité de ses paysages est l’un des atouts de la France et le tourisme représente 7% des recettes et des emplois (13% pour l’industrie). Autoroutes, LGV, zones commerciales à l’extérieur des villes, zones d’activités se répandent partout et uniformisent le monde rural en zones suburbaines. Cette destruction s’est accélérée ces dernières années et chaque village situé à proximité de grandes villes, veut avoir ses zones de hangars et ses panneaux publicitaires. La dispersion des décideurs et l’absence de politique d’urbanisme ferme amplifie le phénomène.

  D’autres pays protègent mieux leurs atouts en ce domaine.

  Un hebdomadaire titrait récemment « Comment la France est devenue moche ». Il serait temps de protéger notre capital et de le mettre en valeur. Les lois récentes ne vont pas dans ce sens.

 Nous ne sommes pas certains que dans ce domaine la décentralisation serait un progrès s’il n’y a pas une volonté ferme de l’Etat.

  Toutes ces questions touchent à l’aménagement du territoire et nous aimerions connaître votre projet politique sur ce sujet.

 Veuillez recevoir, Monsieur le député, l’assurance de nos sentiments les meilleurs

  Marie-France Rochard

 Porte-parole de la Coordination des Associations du Beaujolais

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Joomla templates by a4joomla