Vingt ans après : la vie dans les années vingt. Exposition du 1 au 30 juin 2014 au Bois-d'Oingt. L'association "Bien vivre au Bois-d'Oingt et en Pays beaujolais" a présenté une exposition, au rez-de chaussée de la maison Pichat.

 Voir l'affiche de l'exposition

Vingt ans après :

La vie dans les années vingt

Quelques uns des thèmes abordés brièvement :

Après la guerre

Des souvenirs de guerre: objets décorés pendant la guerre ou au retour, photos, lettres, médailles rappellent la mort et la camaraderie des tranchées.

Des répercussions importantes : 1,4 millions de morts (10% de la population active) ; trois millions de blessés dont 750 000 invalides et 125 000 mutilés. Baisse démographique (moins de naissances), économie tournée vers la guerre et qu’il faudra reconstruire, dette publique élevée, réduiront le rythme du redressement.

La révolution féminine : les femmes ont assumé des responsabilités nouvelles pendant la guerre. Beaucoup sont veuves et donc chef de famille. Elles abandonnent les contraintes du corset et des cheveux longs, pour la mode droite et les cheveux courts, à la garçonne.

Voir une photo de mode

Un monde en évolution

Deux sources d’énergie nouvelles, le pétrole et l’électricité viennent changer les modes de vie

L’automobile se démocratise

De 100 000 en 1913, son nombre passe à 1,1 millions en 1930.

La vie quotidienne change avec les inventions, les loisirs :

L’éclairage, le fer à repasser, les aspirateurs, les machines à écrire, les machines à coudre viennent aider la ménagère,

Le sport devient un spectacle qui intéresse le public :

Tour de France, Jeux Olympiques de 1924, premiers Jeux Olympique d’hiver en 1924 …

La radio joue un rôle prépondérant en devenant le vecteur privilégié de la nouvelle culture de masse et diffuse les titres des premiers disques 78 tours

l’aluminium se diffuse à la cuisine : symbole du modernisme

La santé

La boutique du pharmacien, les maladies, les remèdes et fortifiants…

Lyon dans les années Vingt

Voir la photo

Vie locale : Présentation de photos qui témoignent et racontent la vie du Bois-d’Oingt et de sa région dans ces années là.

Bilan de l'exposition :

Cette exposition a accueilli le public 24 heures par semaine pendant un mois, grâce à la présence d'une jeune stagiaire.

Les visiteurs ont apprécié ce retour historique dans la vie quotidienne de générations qui n'étaient pas si lointaines: grands-parents, arrière- grands-parents ?

Une exposition pour tous les publics

Les enfants qui étaient venus en 2013 avec leur classe, voir l'exposition sur la Belle époque, étaient contents de revenir et de voir les changements des modes de vie.

Ils ont aimé la bicyclette du facteur, datant de 1925, avec ses poignées en bois et son moteur rajouté dans les années 50; le téléphone sans clavier qui dialoguait avec une opératrice; le tourne-disque à manivelle, les premiers appareils électriques à la cuisine (fer à repasser, radiateur Calor, réchaud...), les livres de Bécassine, les jouets (loto, puzzle, cuisinière, meubles, poupées...)

. Certains ont participé au jeu découverte-nature qui leur a été proposé dans le parc.

Les adultes ont apprécié l'exposition de mode (vêtements, dessous féminins, chapeaux, journaux féminins...), les objets souvenirs de la guerre de 14-18, les publications et objets décoratifs présentés, les panneaux historiques  en particulier ceux sur Lyon et Le Bois-d'Oingt...

  L'exposition sur les parcs paysagers du milieu du XIXe siècle. Ils ont découvert que le parc de la maison Pichat avait été élaboré selon un plan d'architecture paysagère très rigoureux, à la mode à la fin du XIXe siècle.

Le parc paysager : conception et architecture

Les organisateurs disposaient comme repères, d'un plan conservé par la famille de M. Pichat : ce plan-projet avait été dessiné par un paysagiste de Lozanne en 1870, à la demande du propriétaire de l'époque M. Gonnet. On y reconnait bien autour des bâtiments de la maison, de l'orangerie, du cuvage, l'emplacement des plantations du haut du terrain, de la salle d'ombrage, des plantations de buis. Ce parc s'est agrandi ensuite. Nous remercions M. S. Kinloch-Pichat de l'avoir mis à la disposition de l'association "Bien vivre au Bois-d'Oingt et en Pays Beaujolais" à cette occasion.

Les règles de conception d'un parc paysager :

  • L'implantation de la maison sur la partie haute du terrain, permettant de dégager des cônes de vue sur le paysage lointain,
  • les allées serpentant pour permettre une promenade la plus longue et la plus diversifiée possible,
  • les rocailles disposées à différents endroits pour un aspect romantique,
  • la place de chaque arbre, conçu pour être regardé et pour s'intégrer dans le paysage par rapport aux autres arbres d'espèces différentes,
  • un bassin d'eau peu profond, des puits et fontaines.

Il était facile de faire le rapprochement avec les plans de nombreux autres parcs paysagers présentés dans l'exposition. Monsieur François Duquaire, architecte paysagiste, avait prêté des reproductions de plans de sa collection.

Environ 450 personnes ont visité cette exposition, certaines s'attardant pour regarder les photos et livres présentés et terminant leur visite dans le parc. Des livres de l'ancienne Bibliothèque populaire du Bois-d'Oingt, créée en 1877, ont été utilisés et exposés à cette occasion.

L'exposition a accueilli aussi 5 classes d'enfants des écoles primaires du Bois-d'Oingt, avec leurs instituteurs, pour des visites commentées.

Remerciements à toutes les personnes qui ont prêté des objets ou documents, et en particulier à M. Roger Blache pour ses souvenirs de la guerre de 14-18  et de nombreux appareils de l'époque.

 

 

 

Joomla templates by a4joomla